Articles Japon Culture japonaise

Le Jinja ou sanctuaire Shinto

Les Jinja, l'âme du Japon

Dans cette article, je vais aborder le thème des Jinja (神社), ou sanctuaire en français, essayer de vous les présenter, mais également vous décrire les règles de « bonne conduite » à avoir dans un Shrine (sanctuaire) et enfin de vous expliquer les différences entre un Jinja et un temple (お寺).

 

Le Shintoïsme

Avant de vous parler des Jinja, il important de faire un petit point sur cette religion : C’est la plus ancienne du Japon !

Elle est assez atypique, car contrairement à la majorité des religions, le shintoïsme « crois » en l’existence de plusieurs Dieux (polythéistes) mais également aux énergies spirituelles (Animisme), c’est à dire à la présence d’âmes dans les être vivants (humains, animaux, végétaux, minéraux, …) et aux esprits protecteurs (génie, mauvais et bon esprits, …).

C’est également la religion comptant le plus de pratiquants au Japon, avec plus de 100 Millions de « fidèles ».

 

Présentation d’un Jinja

torii Miyajima
Un Jinja (ou Shrine) est un sanctuaire shintoïste qui a pour particularité de toujours respecter plusieurs points dans sa construction :

  • Un Torii (鳥居) rouge marque toujours son entrée !
    Sa taille peut varier (petite, moyenne) et même parfois être franchement impressionnante ! Son rôle est de marquer votre entrée dans le monde spirituel.
  • Un escalier de pierre (Ishidan, 石段) peut suivre, mais n’est pas obligatoire
  • Une (grande) allée (Sando,参道), généralement bordée de lanterne, débouche sur le bâtiment principal (Honden, 本殿)
  • N’oubliez pas avant de vous purifier au Chōzuya (手水舎) !
    C’est un bassin couvert, où vous pouvez (devez) vous lavez les mains (voir la bouche) à l’aide d’une Hishaku (柄杓, louche en bois)
  • un Kaguraden (神楽殿) est présent (ou pas) , selon la taille du Jinja et sert de lieu pour une danse rituelle (Kagura)
  • Un bureau ou plutôt point de vente, le shamusho (社務所) où vous pourrez acheter des amulettes et autres « produits dérivés » représentant la divination du Shrine
  • Le bâtiment principal (Honden, 本殿) où réside l’esprit du Dieu, ainsi que les objets sacrés du Jinja. C’est sur son perron ou à l’intérieur, que l’on vient prier. Un heiden (幣殿), lieu d’offrande, peut y être collé ou bien séparé.

Bien sûr, la disposition des bâtiments changera selon les lieux, la taille et la divinité.

 

Comment se conduire dans un Jinja (ou Temple)

message ema 絵馬
N’oubliez pas, lors de vos visites au Japon, aussi bien dans un temple que dans un Jinja, que vous êtes un lieu religieux !

Auriez-vous l’idée de crier, toucher à tout, utilisez le flash en intérieur, jeter des papiers (ou autre) dans une église ? Non, je ne pense pas ? (Du moins je l’espère !)

Et bien, c’est la même chose au Japon ^^

Faites également attention à ne pas déranger les séances de prière, très fréquentes, ou encore les mariages…

Pour le Jinja, il est tout de même (très) apprécié de respecter la purification au Chōzuya (se laver les mains), alors ne vous gênez pas pour le faire, Gaijin ou non.

 

Le déroulement d’une prière

prière Shrine Jinja
Ce n’est pas obligatoire et cela ne regarde que vous si vous souhaitez prier.

Mais sachez qu’il y a un genre de rite à respecter :

  • Lancez une pièce (ou un billet) du montant que vous souhaitez dans la « boîte à offrandes » en bois (saisen bako, 賽銭箱)
  • Une corde avec une cloche (suzu, 鈴) se trouve pas loin, vous pouvez la secouer avant votre prière.
  • Mettez-vous bien droit, face à la divinité du lieu en question, joignez vos main (en « triangle », un peu comme la pose de Bouddha)
  • Fermez les yeux, priez en silence
  • A la fin de votre prière, tapez deux fois dans vos main (toujours en pose Bouddha)
  • Inclinez vous en gardant vos mains liées

Les différences entre Jinja & Temple

Le Jinja appartient au Shintoïsme, alors que le Temple au bouddhisme.
La prière est silencieuse dans un temple, mais on se tape dans les mains dans un Jinja.
Le Temple est uniquement dédié à Bouddha, le Jinja est dédié à différents Dieux.
Le Torii est la construction que vous trouverez toujours dans un Jinja, pour le Temple il s’agit de la Pagode.

Et enfin, le point le plus intéressant (pour nous :o), le Jinja est UNIQUE au Japon, vous n’en trouverez pas ailleurs, alors que les Temples sont présent en Chine et en Inde.

 

Les différents Jinja

chrysanthème meiji-jingu famille impériale
Qui dit plusieurs Dieux, dit forcement plusieurs types de Jinja, ainsi vous trouverez principalement au Japon :

  • Les sanctuaires impériaux : Presque tous ont été érigés par le gouvernement japonais pendant la période Meiji (1868 – 1912) et sont aujourd’hui, gérés par l’administration. Très souvent ornés du chrysanthème (symbole de la famille impériale), ils portent le plus souvent le nom de « jingu » plutôt que celui de « jinja » (Le Meiji-Jingu, à Tokyo, par exemple).
  • les sanctuaires Hachiman : dédiés au Dieu de la guerre nommé Hachiman. Plusieurs milliers sont présents au Japon.
  • Sanctuaires Inari : dédiés au Dieu du riz nommé Inari.
    Ils sont reconnaissables à leurs entrées ornées de statues de renards, qui sont les messagers d’Inari. Environs 10 000 sont présents au Japon.
  • Sanctuaires Sengen : dédiés à la princesse Konohanasakuya (déesse du mont Fuji). Environs mille sont présents au Japon.
  • Sanctuaires Tenjin : dédiés à l’érudit et politicien Sugawara Michizane, ils sont populaires auprès des étudiants, pour les Omamori (お守り). Ils sont reconnaissables par la présence de pruniers (arbres préférés de Sugawara Michizane) et de statues de bœufs. Plusieurs centaines sont présents au Japon.
  • Sanctuaires locaux : dédiés à des Dieux locaux, plusieurs milliers de sanctuaires sont présents au Japon.
  • Sanctuaire des Tokugawa, des xxx… : sanctuaires dédiés à une famille ou chef de clan important. Ces Jinja sont un peu différents et n’entrent dans aucunes des catégories précédentes. Un des plus connu est le sanctuaire Oyama, de Kanazawa, construit pour Maeda Toshiie.

 

Pour conclure

Je pensais avant d’aller au Japon et surtout avant de rencontrer ma femme, qu’il n’y avait que des temples au Japon.

Grosse erreur donc ! J’ai même appris que les temples ne sont pas si apprécié que cela au Japon et je ne sais pas si c’est uniquement dans ma belle famille (ou bien à Ishikawa), mais c’est très difficile pour moi de rentrer dans un temple pour le visiter, car ma femme n’aime pas du tout, contrairement aux Jinja (sanctuaires) !

Si j’avais à choisir, je préférerai également les Jinja, bien que certain grand temples sont magnifiques (surtout à Nara), mais l’ambiance y est différente que dans les Sanctuaires (Jinja) : je trouve les sanctuaires beaucoup plus reposant, apaisant que les temples.

    Si vous aimez, partagez :-)

À propos de l'auteur

m0shi

Développeur en informatique dans la vie, marié à une japonaise, papa de deux petits garçon adorables, vous retrouverez sur ce blog mes récits et photos de nos voyages au Japon, des articles sur le Japon, des tests et des recettes de cuisine japonaise (par ma femme).

Ce blog est la partie expression du site de recherche de correspondant(e)s et ami(e) japonais(e)s : http://www.m0shi-m0shi.com
N'hésitez pas à y faire un tour :)

4 Commentaires

  • Bonjour, merci pour ce post très intéressant. Je me suis rendue 5 fois longuement au Japon avec mon mari et j’adore aller dans les Jinja, les shrine. Je me posais une question (car j’y retourne cet été) : est-il possible de s’offrir un rituel dans un temple ou dans un sanctuaire lorsqu’on est gaijin ? Un rituel pour la chance par exemple? Il parait que c’est possible, qu’en pensez-vous ?

  • Merci pour ce post très complet ! J’aime beaucoup les sanctuaires shinto, et je m’y rends très souvent. Au fait, saviez-vous que quand on entre dans un sanctuaire, il faut absolument repasser sous une porte torii quand on veut en sortir, au risque de rester « prisonnier » du monde surnaturel ? Je trouve que c’est une conception très intéressante, et je fais toujours attention à bien entrer et sortir en passant par une porte torii ^^

    • merci pour votre message 🙂

      Il y a aussi très souvent une sorte de « poutre » en bois, au sol, sous un torii et il est préférable de l’enjamber. Je n’ai jamais eu la vrai explication (à croire que les japonais eux-même ne savent pas pourquoi), mais c’est lié à une croyance shintoïste.

      En tout cas, c’est une remontrance qui est toujours faite et en observant, vous verrez qu’aucun japonais ne marche dessus.

      ps : très joli univers votre blog 🙂

      • Merci beaucoup ! Oui j’aimerai beaucoup comprendre un jour l’histoire de cette poutre à l’entrée des sanctuaires ! J’adore votre site, je le lis sans arrêt et cela m’inspire pour écrire les aventures de Cléa Parapluie au Japon. Bonne continuation ! 😀

N'hésitez pas à donner votre avis :-)