Articles Japon Éducation Mes fils Personnel

Les premiers mois après la naissance

Un bébé ça dort ?

Suite de la série d’articles sur mon fils et l’éducation d’un enfant franco-japonais.

Cette fois, je vais vous parler des premiers mois qui suivirent la naissance et encore une fois, mettre en avant les différences Japon / France 🙂

Mais reprenons déjà la suite du dernier article, en commençant par les jours d’après la naissance.

 

Les cinq jours à la maternité

C’est le retour dans la salle d’accouchement avec mon fils dans les bras et le début de l’attente : au moins une heure (nécessaire pour s’assurer que la mère n’est pas hémorragie ou d’autres problèmes), mais finalement ça sera presque une heure et demi.

Entre temps, ma belle mère qui attendait à l’accueil, a été appelé pour enfin voir son petit-fils, qui était déjà occupé à trouver le sein de sa mère pour casser la croûte (comme je le disais précédemment, pas question de ne pas allaiter, pour une mère japonaise). C’était également le moment de prévenir famille et amis.

Finalement, la « délivrance » arriva et nous avons été conduis dans notre chambre… qui n’était pas vraiment prête ! On est arrivé un peu rapidement, donc le personnel n’avait pas eu le temps de tout finir… mais finalement ce n’était pas si mal, car cela nous a permis de changer facilement de chambre, la première étant à l’entrée et trop bruyante.

Le temps de s’installer (allez-retour voiture pour les valises), qu’il était déjà l’heure de manger.

Avec ces émotions, personne n’avait très faim, donc on a partager deux plateaux repas à trois.

Vers 21H, ma femme étant fatiguée, il était temps pour mois de rentrer à la maison (je travaillais la semaine) et de laisser ma femme et ma belle-mère dormir à la clinique (on avait un lit accompagnant inclus).

Je me souviens qu’en rentrant, après la douche, j’ai écouté en boucle la musique de Free : All Right Now. Je ne sais pas trop pourquoi, sans doute pour faire retomber le stress de la journée.

Le lendemain, je suis allé travailler le matin et à partir de midi, j’allais à la maternité (mon responsable au bureau c’est arrangé pour que ce soit comme ça toute la semaine).

C’était la première nuit de ma femme avec notre fils : quand je suis arrivé, elle avait une tête qui faisait peur et la première chose qu’elle m’a dit, c’est « Il dort pas !!! »

Apparemment, pas moyen qu’il dorme la nuit, ou plutôt qu’il dorme seul dans son berceau ! Pas moyen non plus, même pour ma belle-mère, de l’endormir dans les bras et de le poser, il était de suite réveillé.

La seule solution pour qu’il dorme, c’était sur ma femme, dans ses bras 😮

Quand je suis arrivé, c’était donc un peu sa délivrance : j’ai pu prendre Charly, m’installer dans un fauteuil et le garder sur moi le temps que ma femme fasse une sieste. Mais effectivement, dans les bras, il dormait sans problème, mais à la moindre tentative de berceau ou lit ou canapé ou … n’importe quel endroit seul, c’était fini !

Bref, normal ou pas, il est comme ça 😮

Au réveil de ma femme, c’est la garde d’un autre bébé qui m’est confié : ma belle-mère ! Il commence à se faire tard et il serait temps d’aller faire quelques courses pour grignoter quelque chose le soir (ma femme avait à manger, mais pour les « invités » le plateau repas était payant et plutôt cher pour ce que c’était :o).

Enfin… plutôt quelque chose à boire ! Ma belle-mère a une sacrée descente, surtout en bière, comme toute bonne japonaise.

Les autres jours se sont déroulés de la même façon, avec le matin au travail, l’après-midi à la clinique tranquille avec mon fils 🙂

 

Le bain, les soins

Le lendemain de la naissance, les infirmières m’ont montré comment donner un bain à un bébé et les soins à faire ensuite.

J’avais un peu peur au début, mais finalement c’est un moment plutôt agréable. Il faut juste prendre le coup de main pour bien tenir l’enfant et après ça roule. Les soins n’ont rien de compliqués, surtout qu’à cet âge, un bébé se laisse bien faire.

Par contre, là où je n’étais pas à l’aise (et aujourd’hui encore) c’est pour l’habiller… Peur de lui faire mal sans doute, mais également pas une grande passion pour ça ! Je sais pas si c’est parce que je suis un homme, mais j’ai l’impression, que pour certain vêtement, il faut être ingénieur pour savoir comment ça marche 😮

 

Les couches

C’était aussi une de mes appréhensions…

Une infirmière nous avait dit qu’un nouveau née, durant les premiers jours, faisait un caca noir et collant (le méconium). À entendre, ça donnait pas trop envie, mais finalement c’était la bonne période (comparé à maintenant), car même si c’est un peu chiant à nettoyer sur la peau (ça colle beaucoup !), c’est totalement inodore !

Finalement, changer la couche d’un nouveau née, c’est pas si compliqué, il bouge pas, ça sent rien… c’est plus tard que ça se gate 😀

 

Un peu d’administratif

Si vous accouchez en hôpital, voir dans une grande clinique, en général, il y a un agent administratif qui s’occupe des déclarations de naissance.

Dans notre cas, petite clinique privée, j’ai du aller à la Mairie de Neuilly-Sur-Seine, pour faire la déclaration. Rien de compliqué, très peu d’attente, personnel charmant, bref impeccable.

Il n’y a pas non plus de problème pour déclarer un ou plusieurs prénoms japonais, du moment qu’ils sont écris en alphabet latin (Kai, dans notre cas).

Pour la partie Japon, nous sommes simplement allés à l’Ambassade du Japon pour déclarer la naissance. Nous en avons également profiter pour lui faire un passeport japonais. Tous ses prénoms apparaissent sur son enregistrement au Japon et sur son passeport japonais.

Double nationalité admise jusqu'à 18 ans et ensuite... ça sera le choix :o

Double nationalité admise jusqu’à 18 ans et ensuite… ça sera le choix 😮

 

Le retour à la maison

Bébé et sa maman ont passé tous les examens et visites nécessaires pour l’autorisation de sortie, donc le cinquième jour, nous voilà sortis !

La première aventure était l’installation de la nacelle dans la voiture : quelle galère quand on est pas habitué… Quasi 20 minutes à essayer d’attacher ça correctement, avec bébé qui pleure, une horreur 😮

La route n’a pas été calme non plus, car s’il n’était pas malade en voiture, il y avait un autre prérequis : ne jamais descendre sous les 30kms/heure, ni s’arrêter ! J’avais jamais vu ça… un bébé qui pleure sous la barres des 30 kms/h et c’est pas évident, surtout quand on doit emprunter le périphérique parisien !!!

Avec mes parents, on avait également organisé une surprise à ma femme pour le retour : une petite pièce montée et tout le monde chez nous à nous attendre.

Les premiers jours à la maison n’ont pas été très simples, enfin la journée ça allait, mais la nuit…

 

Le premier mois

Au Japon, pendant un mois, l’enfant ne doit pas sortir de la maison. J’ai jamais trop compris l’intérêt mais bon… C’est peut-être lié au fait que la femme doit se reposer pendant un mois, d’où la présence de sa mère pour les tâches quotidiennes.

En France, à ma connaissance, les ballades sont faites dès la sortie de la maternité sans aucuns soucis.

Comme je le disais, Charly dormait très mal : impossible de dormir seul dans son lit (qui prends la poussière depuis plus de deux ans :o), mais ça tombe limite bien pour un enfant d’origine japonaise ! Au Japon, pas question de dormir seul, un enfant ça dort avec les parents !

Ici, ce genre de pratique est plutôt mal vue et on préférera laisser un bébé pleurer pendant des heures seul dans son lit.

J’étais un peu contre de dormir à trois, mais c’était vraiment quelque chose d’important pour ma femme et puis finalement c’est pas si dur, sauf le réveil toutes les deux heures max (ça pouvait être 30min. comme 1H, comme …), car il dormait vraiment très mal la nuit !

Le fait d’allaiter jouait aussi sans doute pas mal la nuit, aussi bien dans le choix de ma femme de dormir avec (ça évite de se lever tout le temps, juste besoins de se tourne et hop :o) et ses problèmes de sommeil (pas assez mangé ?).

Il avait toujours besoins de contact, même la journée, où il ne dormait que dans les bras.

On l’a sans doute très mal habitué, mais honnêtement, je préfère mal ou peu dormir, que de laisser un bébé pleurer des heures.

À part ces problèmes pour dormir, rien de spécial, il mangeait bien et il était plutôt (très) actif pour un nourrisson.

Un nouveau né dans un lit de 2m... la vie est belle :o

Un nouveau né dans un lit de 2m… la vie est belle 😮

 

Bye-Bye belle-maman

Vers mi-août, c’était le moment du retour au pays pour ma belle-mère. On allait donc se retrouver enfin « seuls à trois » 😀

Mais surtout, la semaine, ma femme allait être seule et devoir s’occuper de notre fils seule. Comme son mois de pause était largement passé, elle pouvait enfin sortir et puis à un mois, c’est plus du bon temps qu’autre chose.

 

Première longue route en voiture

Comme je le disais, il aimait pas trop la voiture, ou plutôt quand je roulais sous les 30kms/heure. Mais on a voulu tester une moyenne distance en voiture, en allant visiter la cathédrale de Chartes, soit environ 100km de chez nous.

On a découvert une nouveau règle : ne pas dépasser les 110kms/heure, sinon c’était les pleurs.

Le temps de comprendre, on s’est bien sûr arrêter plusieurs fois, pensant à la faim ou la couche et on a mis pas loin de 2H30, à l’aller.

Il était alors âgé d’un peu plus de deux mois.

 

Du liquide au solide

Tout juste vers ses 4 mois, on a commencé à introduire les purées.

Notre pédiatre nous a conseillé de débuterpar quelque chose sans trop de goûts et surtout pas sucré, sinon il s’habituerait vite au goût et ne voudrait plus manger que du sucré.

Au Japon, traditionnellement, à votre avis… quel aliment est-il introduit en premier aux bébés ?

De la bouillie de … riz 😀
Ils sont drogués petit pour finir comme Goku à engloutir des bols de riz plus grands !!!

La suite a été plus banale, avec pomme de terre, carottes, etc… Il était pas très fan de purée et retournais très rapidement au sein, un garçon quoi 🙂

 

Son premier vol

J’ai pris mon premier avions un peu avant 10 ans, pour un vol intérieur de même pas 1 heure. J’ai du attendre mes 20 ans, pour un premier moyen courrier (~3H) puis mes 24 ans pour mon premier vrai long courrier (~12H).

Mon fils, à même pas 4 mois et demi, il prenait son premier vol en direction d’Osaka.
Un vol direct, via Air France.

Je l’ai déjà dis, je suis pas très fan d’Air France (car il y a très peu de place en économie), mais cette fois-ci, ils étaient les moins chers.

Quand on vol avec un bébé, pour un vol international, on a la possibilité de demander une nacelle et franchement, je la recommanderai à tous les parents ! Même si comme nous, le bébé ne dort pas dedans, il jouera au moins un peu dedans. Puis la réserver permet d’être placer aux places de devant, ce qui vous donnera un espace royal pour la classe économie.

Par contre, je vous le donne en mille… bien évidement, on a fait un vol de 12H avec un bébé qui ne dort pas !!! 😮
Déjà qu’un vol pour le Japon c’est long, déjà que je dors pas pendant tout le vol, mais avec un bébé à s’occuper non stop, c’est une vrai galère… Je vous raconte pas notre état à l’arrivée, surtout qu’après on avait encore 3H30 de train pour rejoindre Komatsu.

La suite au prochain numéro :)

La suite au prochain numéro 🙂

    Si vous aimez, partagez :-)

À propos de l'auteur

m0shi

Développeur en informatique dans la vie, marié à une japonaise, papa de deux petits garçon adorables, vous retrouverez sur ce blog mes récits et photos de nos voyages au Japon, des articles sur le Japon, des tests et des recettes de cuisine japonaise (par ma femme).

Ce blog est la partie expression du site de recherche de correspondant(e)s et ami(e) japonais(e)s : http://www.m0shi-m0shi.com
N'hésitez pas à y faire un tour :)

1 commentaire

N'hésitez pas à donner votre avis :-)