Fukui Voyages

Eihei-ji, le temple école du bouddhisme zen

Il n'y a pas que les Jedi qui ont des disciples...

Je vais faire un tout petit écart à ma série d’article sur Ishikawa, en vous parlant du temple Eihei-ji (永平寺).

Pourquoi un écart ?
Tout simplement, car ce temple est situé à la limite de la préfecture d’Ishikawa, dans la préfecture de Fukui (福井県).

Mais alors, pourquoi en parler ?
À ma connaissance, ce genre de lieu est rare au Japon, peu connu, mais très intéressant…

 

Un peu d’histoire

Le temple Eihei-ji a été fondé par Eihi Dōgen (永平道元), en 1244, dans une zone montagneuse reculée (loin de toute distraction), pour en faire un lieu d’apprentissage de l’école Soto (曹洞宗), principale représentente du bouddhisme zen.

Kyoto avait été initialement choisi, mais une autre école du bouddhisme zen (l’école Rinzai,臨済宗) était déjà bien implantée sur place et surtout appuyée par le pouvoir impérial.

Comme la plupart des constructions en bois japonaises, le temple Eihei-ji a été ravagé par plusieurs incendies tout au long de son histoire et aujourd’hui, les plus anciennes structures datent de 1749 (ce qui n’est déjà pas si mal).

 

Comment s’y rendre

Je dois vous avouer que sans voiture, il n’est pas évident de se rendre au temple Eihei-ji…

Cette visite ne sera donc réservée qu’aux plus courageux d’entres vous, qui pourront sans doute se rapprocher en train, puis ensuite en bus ou au mieux louer une voiture.

Lorsque j’ai visité ce temple, j’y ai été conduis en voiture, par mon beau-père et nous avons mis à peu près 1H30 au départ de Komatsu.

L’ayant visité en hiver, je peux vous dire qu’il faut vraiment être motivé pour y aller, le lieu étant bien isolé, accessible par de petites routes et très enneigé, cet hiver là ^^

 

À savoir, avant la visite

Le temple Eihei-ji étant avant tout une école, il faut savoir rester discret pendant la visite… Ainsi, certaines salles peuvent être privatisée pour des réunions des moines, des cours, voir des prières.

Certaines prières sont public, d’autres privées… n’allez donc pas entrouvrir les portes ou trop chercher à les appercevoir, ils n’aiment pas du tout ça.

Une des choses les plus importantes à savoir est qu’il est INTERDIT de prendre en photo les moines… si vous ne le respectez pas, vous pourriez être amené à être reconduit à l’extérieur.

J’ai mois même fait l’erreur au tout début (n’ayant pas vu les panneaux) de la visite, juste avant de donnner les tickets et c’est vraiment passé limite… être étranger aidant surement plus que japonais.

Ah, et comme tout lieu au Japon, n’oubliez pas de remplacer vos chaussures par une paire de chaussons (fournis en différentes tailles, merci pour mes pieds :p), ainsi que votre sac à chaussure : sac en plastique fourni pour y mettre vos chaussure, que vous garderez avec vous, car il n’y a pas de casiers à l’entrée.

 

Malgré tout, est-ce agréable à visiter ?

Je répondrais par un grand OUI ! 😉

C’est un lieu MAGNIFIQUE, un des plus beaux que j’ai visité !

Le temple est vraiment immense, construit sur un flanc de la montagne, il est en fait un « assemblage » de pièce ou petite « maison » en bois, reliées par des petits ponts ou des tunnels en bois ou même des terrasses.

Eihei-ji

Salles et couloirs à gogo ! 🙂

Tout le « complexe » forme un genre de gros rectangle, la visite consiste donc à passer de pièce en pièce, en passant par des ponts extérieurs, puis par des tunnels, des terrasses et est vraiment TRÈS agréable !

Vous traverserez plusieurs pièces, dont certaines dédiées aux prières entirèrement en tatamis et passerez devant plusieurs petits autels.

L’extérieur est très arboré et les constructions sont entourées par d’immenses pins, certainement plusieurs fois centenaires…

En plus, un ruisseau, aménagé en petits cannaux, passe sous et entre chaque constructions, irrigant en même temps les jardins zen qui y sont également aménagés.

Les deux côtés du temples sont d’immense tunnels en bois, montant en partie en pente douce et en partie en escalier sur le flanc de la montagne et menant à une terrasse avec un autel où vous pourrez prier.

 

Et la verdure ?

Mise à part les petits jardins aménagés, le temple Eihei-ji comporte également un immense domaine extérieur, magnifique (bien que recouvert de neige lors de ma visite) et surtout traversé par une rivière (voir plutôt un torrent), rendant l’endroit vraiment agréable et zen.

Eihei-ji

Qui aurait pensé trouver des cascades ici ? 😮

Plusieurs cascades sont également de la partie, rendant l’endroit encore plus sauvage, surtout qu’il regorge d’immense pins très anciens.

Il est possible de faire de la randonnée en suivant le torrent pour s’enfoncer un peu plus dans la forêt, mais les conditions (neiges) nous ont empêchés d’aller vois plus loin :/

 

Conclusion

C’est vraiment un lieu à visiter si vous passez dans la région !

Difficile d’accès sans voiture, mais vous ne le regretterez pas : c’est un lieu rare, vaste et riche en découvertes.

Comportant tous les bon côtés d’une visite : des religieux intéressant à découvrir dans leurs vie quotidienne, de magnifiques boiseries, une architectures et des techniques de constructions à couper le souffle, de la verdure sur un site naturel, de l’air pur… bref un vrai régal !

 

Bonus, le restaurant Soba

Vous trouverez pas loin de Eihei-ji, pas mal de petits restaurants et surtout des restaurants de spécialités de Soba !

    Si vous aimez, partagez :-)

À propos de l'auteur

m0shi

Développeur en informatique dans la vie, marié à une japonaise, papa de deux petits garçon adorables, vous retrouverez sur ce blog mes récits et photos de nos voyages au Japon, des articles sur le Japon, des tests et des recettes de cuisine japonaise (par ma femme).

Ce blog est la partie expression du site de recherche de correspondant(e)s et ami(e) japonais(e)s : http://www.m0shi-m0shi.com
N'hésitez pas à y faire un tour :)

2 Commentaires

  • Autant je suis d’accord que cette visite est captivante et que l’endroit est exceptionnel, autant je ne suis pas d’accord avec la difficulté que l’on aurait à y aller : le bus à prendre à la gare de Fukui est facile à trouver, et le trajet est vite effectué. Le seul truc, c’est que le billet n’est pas en vente à l’intérieur du bus et qu’il faut l’acheter à un guichet.

    • C’est vrai que ce n’est pas non plus le coin vraiment paumé, mais lorsque j’ai relaté (faudrait que je change le format de l’article d’ailleurs :o) cette visite, c’était en plein hiver, les routes étaient encore bien gelées / enneigées et pas sur que dans ces cas là, les bus fonctionnent normalement ?

      Après, le reste de l’année, en effet, il y a plusieurs moyens de s’y rendre et même si selon l’endroit de départ, il peut y avoir des bus toutes les 2h / 1h ou 30min, ce n’est tout de même pas ultra simple d’y aller, le prix est un peu élevé et la durée du trajet un peu longue.

      En gros, faut se réserver une bonne journée dans le coin, selon son point de départ et faire quasi que ça (heureusement, y’a de quoi bien manger autour, mais pas si près :p) ou bien s’organiser avec les horaires de bus.
      Donc quand même réservé aux vrais motivés, un peu comme toi :p

      ps : ça fait plaisir de te voir par ici 🙂
      (et on dirait que le Eihei-ji est à la mode, on voit passer pas mal d’article en ce moment)

N'hésitez pas à donner votre avis :-)