Minato Tokyo Voyages

Tokyo – Le temple Zojo-ji

Le gardien de la Tour de Tokyo ?

Le temple  Zojo-ji (増上寺) est un des incontournables, sur la route de la Tour de Tokyo (東京タワー), pour tout ceux qui comme moi, veulent prendre de la hauteur sur Tokyo, même si de nos jours, la célèbre Tokyo Sky Tree (東京スカイツリー) lui a volé la vedette… 🙂

temple Zojo-ji Tokyo

L’entrée principale, par la porte Sangedatsu

 

Un peu d’histoire

De son nom complet, le San’en-zan Zōjō-ji (三縁山増上寺) est l’un des deux temples Bodaiji (菩提寺) du clan Tokugawa (徳川).

Juste pour le point culture du jour, un temple bodaiji (ou encore bodhi) est un temple funéraire, dans la religion  bouddhiste (d’ailleurs, six des quinze Shogun Tokugawa reposent dans ce temple).

Comme d’habitude, durant la seconde guerre mondiale, la plupart du site a été détruit… Seul la porte  de Sangedatsu (三解脱門), datant tout de même de 1622, est restée debout et fait office d’entrée principale pour le temple de Zojo-ji.

Le nom de cette porte a une véritable signification, car il est dit que l’homme qui passe la porte de  Sangedatsue se verra libéré de trois vices : la cupidité, la haine et la stupidité.

Il serait donc dommage de zapper la visite de ce temple, vous ne croyez pas ? 🙂

 

Le temple Zojo-ji

Nous sommes arrivés à pieds, depuis le parc Kyu Shiba Rikyu, ce qui nous a permis de passer par une rue en plein dans l’axe du temple, nous offrant une vue sympathique et en plus un accueil « personnalisé » via la présence d’une porte annonçant le temple Zojoji.

temple Zojo-ji Tokyo

Quand on voit cette porte, on sait qu’on est plus très loin 😉

Le temple  San’en-zan Zōjō-ji est un lieu agréable, d’une superficie moyenne et plutôt bien situé : facile d’accès en métro / train et même à pied, mais son véritable atout et ce qui a fait sa « renommé », est sans nul doute sa proximité de la tour de Tokyo !

temple Zojo-ji Tokyo

Quel mignon petit couple !

Le bâtiment principale ayant été reconstruit en 1974, l’ensemble fait plutôt « neuf ». La verdure est comme d’habitude ultra bien entretenue, bien taillée et malgré les lieux, de nombreux arbres sont présents.

temple Zojoji Tokyo

Quelques dorures et un toit flambant neuf !

Mais ce qui attire et émerveille l’oeil du touriste est sans conteste ces centaines, que dis-je, ces milliers de petites statues, « rigolotes », souvent habillées, très colorées et accessoirisées : les Jizō !

Quand on ne sait pas ce que c’est, on trouve ça marrant et joli, mais ensuite, on commence à réfléchir et on se dit, surtout si on est parent, « oh mon Dieu ! ».

temple Zojoji Tokyo

Des Jizō, hélas par milliers…  tous « gardés » par Kannon, la Déesse de la compassion

Jizō Bosatsu (地蔵菩薩), en japonais, fait parti des 8 grands Bosatsu, dans la religion bouddhiste et il s’est donné comme but de devenir bouddha, mais seulement une fois l’Enfer vidé de toutes les âmes tourmentées.

On pourrait donc le comparé à nos Saints et il faut le voir comme un protecteur : son rôle au Japon est d’être le protecteur des enfants… morts.

Pour parler un peu religion bouddhiste, un Homme doit réaliser plusieurs bonnes actions dans sa vie, afin traverser sans encombre le fleuve divin Sanzu (appelé Sanzu-no-kawa ,三途の川, en japonais).

Les enfants morts, trop jeunes, n’ont donc pas le temps de réaliser ces bonnes actions et ne pourraient pas traverser le fleuve Sanzu sans l’aide de Jizo Bosatsu, qui les cache dans les replis de sa robe.

temple Zojo-ji Tokyo

Imaginez un peu le nombre de drames vécu par des parents japonais…

Maintenant, vous avez donc compris que chaque Jizo que vous croisé, représente un enfant mort, ou un enfant mort-né, ou encore une fausse couche, un avortement et voir même une mère décédée durant son accouchement.

Le bonnet et le bavoir rouge est normalement confectionner par la mère et ont pour but de protéger l’enfant du froid, pendant sa traversée….

Cela rend tout de suite l’arrière du temple Zojo-ji moins jovial, mais si on veut rester un minimum positif, cela lui donne tout même un panache de couleur remarquable et offre une sépulture à des milliers de famille japonaise.

De nos jours, certain Jizô sont aussi utilisés pour protéger des enfants gravement malade. Ceux là sont reconnaissables, lorsque l’enfant est guéri, par une offrande à ses pieds (souvent un jouet).

 

En conclusion

Je dirai que le temple Zojo-li est un lieu à voir, mais il n’a rien non plus d’obligatoire lors d’une visite à Tokyo, bien qu’il reste un lieu agréable.

Sa visite est plutôt rapide et prendra plutôt tout son sens lors d’une cérémonie bouddhiste ou à la fin de l’année, durant la soirée du réveillon : l’endroit y est souvent très prisé et sa proximité de la tour de Tokyo ne doit pas y être pour rien.

Le temps nous dira si le temple Zōjō-ji gardera tout son charme le 31 décembre, depuis l’arrivée de la nouvelle idole de Tokyo : la SkyTree.

    Si vous aimez, partagez :-)

À propos de l'auteur

m0shi

Développeur en informatique dans la vie, marié à une japonaise, papa de deux petits garçon adorables, vous retrouverez sur ce blog mes récits et photos de nos voyages au Japon, des articles sur le Japon, des tests et des recettes de cuisine japonaise (par ma femme).

Ce blog est la partie expression du site de recherche de correspondant(e)s et ami(e) japonais(e)s : http://www.m0shi-m0shi.com
N’hésitez pas à y faire un tour :)

N'hésitez pas à donner votre avis :-)